Manifeste “Une autre école est possible!”

En comparaison avec celui des autres pays européens, le système scolaire suisse est très sélectif. Pourtant, nous savons depuis longtemps que les élèves apprennent mieux et acquièrent davantage de connaissances si aucune sélection et aucune répartition dans des filières (ou sections) n’intervient durant la scolarité obligatoire. Les études comparatives réalisées sur cette question montrent que les pays dans lesquels les élèves accomplissent leur scolarité obligatoire dans un cadre sans filières obtiennent des résultats nettement meilleurs que celles et ceux qui sont dans un système scolaire très sélectif. A l’inverse, il a été démontré que les systèmes très sélectifs reproduisent surtout le statut social des parents ainsi que leurs attentes à l’égard de la formation et ne tiennent pas compte de la situation individuelle de l’enfant.

Malgré tout, de nombreux cantons suisses maintiennent un degré secondaire I à filières et les forces conservatrices de ce pays insistent même pour que des filières supplémentaires soient (ré-) introduites.

Il est vrai que certaines réformes de ces dernières années (comme la scolarisation précoce, le développement des écoles à horaire continu, etc.) vont dans la bonne direction et essaient de renforcer les tendances à l’intégration. Mais ces projets s’arrêtent à mi-chemin et ne peuvent déployer pleinement leurs effets. Pour les enseignant-e-s, ils engendrent du travail supplémentaire sans résultats tangibles. Le manque de ressources pour la mise en œuvre de ces réformes ainsi que l’alourdissement simultané de l’appareil administratif viennent encore accentuer ce phénomène. D’autres réformes visent, en revanche, plus ou moins ouvertement, à renforcer le caractère sélectif de l’école.

Depuis de nombreuses années, le ssp s’engage en faveur d’une école publique inclusive destinée à tous les enfants, englobant l’ensemble de la période de scolarité obligatoire et qui propose un degré secondaire I sans filières.